République centrafricaine

Pays à suivi à distance
Mars 2017

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance

IPC 2.0 Acute Food Insecurity Phase

Presence countries:
1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Remote monitoring
countries:
1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance

IPC 2.0 Fase de Insegurida d Alimentaria Aguda

1: Minimo
2: Acentuada
3: Crisis
4: Emergencia
5: Hambruna
Se estima que seria al menos una fase peor sin ayuda humanitaria actual o programada

IPC 2.0 Fase de Insegurida d Alimentaria Aguda

1: Minimo
2: Acentuada
3+: Crisis o peor
Se estima que seria al menos una fase
peor sin ayuda humanitaria actual o programada

IPC 2.0 Fase de Insegurida d Alimentaria Aguda

Países presenciales:
1: Minimo
2: Acentuada
3: Crisis
4: Emergencia
5: Hambruna
Países de monitoreo remoto:
1: Minimo
2: Acentuada
3+: Crisis o peor
Se estima que seria al menos una fase
peor sin ayuda humanitaria actual o programada

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Serait probablement pire, au moins une phase, sans l'assistance humanitaire en cours ou programmée

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée

IPC 2.0 Phase d'Insécurité Alimentaire Aiguë

Pays de présence:
1: Minimale
2: Stress
3: Crise
4: Urgence
5: Famine
Pays suivis à distance:
1: Minimale
2: Stress
3+: Crise ou pire
Serait probablement pire, au moins une phase, sans
l'assistance humanitaire en cours ou programmée

IPC 2.0 Fase de Insegurança Alimentar Aguda Baseado

1: Minima
2: Stress
3: Crise
4: Emergência
5: Fome
Poderia ser pior sem a assistência humanitária em vigor ou programad

IPC 2.0 Fase de Insegurança Alimentar Aguda Baseado

1: Minima
2: Stress
3+: Crise ou pior
Poderia ser pior sem a assistência
humanitária em vigor ou programad

IPC 2.0 Fase de Insegurança Alimentar Aguda Baseado

Países com presença:
1: Minima
2: Stress
3: Crise
4: Emergência
5: Fome
Países sem presença:
1: Minima
2: Stress
3+: Crise ou pior
Poderia ser pior sem a assistência
humanitária em vigor ou programad
Messages clés
  • Les divers incidents sécuritaires se poursuivent et compliquent le retour des ménages déplacés dans leurs zones d’origine. Selon OCHA, en janvier 2017, 411 785 personnes sont en déplacement et sont dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins sans l’aide humanitaire. Chez la plupart de ces ménages, il n’est pas rare de constater des stratégies élevées de survie telles que la mendicité et le saut des repas. Pour les ménages retournés, la réintégration socio-économique reste un défi majeur en absence de leurs moyens de subsistance habituels.

  • Selon les résultats du mVAM de janvier 2017, les prix des denrées locales ont augmenté de novembre 2016 à janvier 2017 atteignant 23 pourcent pour le manioc à Bambari, 63 pourcent pour le maïs et 20 pourcent pour l’huile de palme à Bouar à cause des difficultés de transport et les effets de l’insécurité sur le déplacement des personnes. Cela limite l’accès à la nourriture pour les ménages pauvres. Toutefois, il a été observé une baisse pour le riz suivant la tendance saisonnière normale avec un taux qui atteint 33 pourcent à Bangui en janvier 2017.

  • L’insécurité alimentaire aiguë de Crise (Phase 3 de l’IPC) va se maintenir pour les déplacées, les retournées, les personnes résidentes pauvres, et les ménages hôtes du nord-ouest, sud-ouest, sud-est et centre (Ouham, Ouham Pende, Nana Gribizi, Vakaga, Ouaka) jusqu’en septembre 2017 à cause de la persistance de la crise sécuritaire et ses effets sur le fonctionnement normal des marchés et les principales sources de revenus et de nourriture. Dans ces zones, l’assistance humanitaire doit être maintenue pour prévenir des taux élevés de malnutrition. Selon les résultats de l’Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire (ENSA) conduite en octobre 2016, la majorité des ménages en insécurité alimentaire sont enregistrés dans les préfectures de Haut Mbomou, Ouham, Ouaka, Lobaye  et Basse Kotto.

About FEWS NET

Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine est l’un des principaux prestataires d’alertes précoces et d’analyses de l’insécurité alimentaire. Constitué par l’USAID en 1985 pour aider les décideurs à planifier pour les crises humanitaires, FEWS NET fournit des analyses factuelles  concernant quelque 35 pays. Les membres des équipes de mise en œuvre incluent la NASA, la NOAA, le département américain de l ‘Agriculture (USDA) et le gouvernement des États-Unis (USGS), de même que Chemonics International Inc. et Kimetrica. Vous trouverez d’autres informations sur notre travail.

  • USAID Logo
  • USGS Logo
  • USDA Logo
  • NASA Logo
  • NOAA Logo
  • Kilometra Logo
  • Chemonics Logo